Car c’est bien d’une guerre dont il s’agit! Si t’aime les lieux célèbres genre Machu Picchu, t’es un touriste. Si t’aime les lieux insolites genre Llachon, t’es un voyageur!

C’est vraiment ça?

On aime se croire voyageur, ça a un côté aventurier, baroudeur, alors que le mot touriste désigne un mouton qui suit bêtement son guide au sein de son super gros groupe dans son village tout organisé. Oui c’est ça, le mot touriste est has been alors que le voyageur, c’est à la mode!

 

L’Amérique du Sud par exemple est un temple des longs voyages. Une amie – Emilie – est partie 3 mois l’année dernière. Son expérience me paraissait déjà énorme: 3 mois c’est loin des 5 semaines de CP habituelles! Mais ici, finalement, avec 3 mois, on est petit joueur! Elle ne rencontrait presque que des voyageurs au long cours: 6 mois, 1 an, 3 ans…

Le kif suprême= le voyage à durée indéterminée, sans date de retour. Souvent d’ailleurs, je trouve que ces voyageurs le disent avec bien plus de pudeur et de modestie.

Car ils n’ont rien à prouver. C’est ça la clé.

On se dit voyageur pour paraitre. C’est à la mode. Comme voyager en sac à dos.

« Ouais, nous on est des vrais, des durs. On dort dans les bus, on marche des heures, on fait du stop, un peu d’humanitaire aussi, du woofing, on dort dans des dortoirs de 12, mecs, tu réalises? Et là on a déjà fait (ouais « fait », ils sont comme ça) 12 pays en 9 mois. Bref, on assure grave! »

C’est un peu devenu la surenchère.

Alors oui, en ce qui nous concerne, nous sommes fiers de voyager autour du globe pendant 18 mois, fiers d’y emmener nos enfants. J’ai même tendance à me considérer voyageuse… alors qu’au final, je visite bien souvent des lieux très touristiques.

Mais je ne me crois pas meilleurs que les autres. Et surtout pas à cause de notre façon de voyager (parce qu’à ce train là, voyager, en sac à dos, avec des enfants, nous sommes carrément des dieux! :-))

Je réfléchis souvent à cette énigme car pour ma part, tout ça c’est un paradoxe.

Dans ma tête, ça se dessine comme ça:

[starlist]

      • Voyageur: un côté passion, hors des sentiers battus, avide de découvertes, de partage. Va vers les locaux plus que vers les autres voyageurs. Ouvert d’esprit, curieux.
      • Touriste: vacances (versus voyage). Viens pour se détendre, parler à d’autres touristes. Voir les monuments « à voir ». En circuit. En groupe (en troupeau?). Des oeillères.

[/starlist]

C’est moche hein?

Car en vérité des « voyageurs » cons, avec une vision étriquée (la preuve LEUR façon de voyager est la seule vraie), y’en a pas mal (mais pas que, fort heureusement). Et puis quand je vois comme beaucoup de voyageurs s’agglutinent les uns aux autres, dans les hostels et autres auberges de jeunesse, je me dis que la rencontre avec « le local », elle est minime.

« On voyage à la rache, on économise sur tout mais on renonce pas à notre bière qui vaut le prix d’un repas dans un boui boui local. » Paradoxe.

« De toute façon, ce qui est important c’est de comparer nos voyages: leur durée, les distances parcourues… »

Des gens – en sac à dos s’il vous plait – qui enchainent les lieux touristiques comme on collectionne les tampons sur notre passeport… à la recherche de la plus belle photo selfie, y’en a, ils sont nombreux! Paradoxe encore.

Sont -ils plus nombreux que les autres? Je n’en sais rien. Mais, ils sont parfois justes plus bruyants, plus visibles… et quelque part, c’est dommage.

 

Moi je crois – qu’en je réfléchis fort – qu’il n’y a pas qu’une seule façon de voyager (bouleversant non?) Ce n’est pas le sac à dos versus la valise. C’est une question de choix.

Je n’aime toujours pas les voyages en groupe, en bus avec la pause photo obligatoire, chronométrée, à un lieu donné. N’empêche qu’on l’a déjà fait et qu’on le refera surement. C’est comme ça. Paradoxe.

Et puis, si cette façon de voyager ça permet à des gens de découvrir le monde, ses beautés, alors c’est cool! Ca devrait être aussi simple que ça. Après tout, notre point commun, voyageur ou touriste – si je ne me trompe pas – c’est de trouver que la terre est juste magnifique et qu’on a envie de tout découvrir. Tous. Peu importe la façon.

Après tout, ce n’est pas MA façon de voyager, c’est la LEUR, celle qui leur convient. Et comme dirait Aretha Franklin « Respect! »

Beaucoup de choses ont été écrites à ce sujet. Je vous invite en particulier à lire ces articles, je les ai adoré!

Pourquoi les backpackers ont mauvaise réputation?

Touriste ou voyageur, éternel débat stérile (bon là, la réponse, tu l’as cash!)

Et puis on peut ouvrir le sujet en parlant des différentes façons de voyager:

Voyage au long cour VS city trip?

et mon préféré (il est bien piquant mais tape pile dans le mille) Peut-on être intermittent du voyage et voyageur heureux?

 

 

Translate »
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram