Bon, le Machu Picchu c’est un peu « the place to be » au Pérou. Vous vous doutez bien, qu’à nos yeux, le Pérou ne se résume pas qu’à ce haut lieu inca.

Le Pérou c’est aussi les autres sites de la vallée sacrée, le lac Titicaca, la cordillère blanche, le Canyon de la Colca…. la côte Pacifique aussi… VoyagePérou vous fera découvrir la destination encore mieux que nous!

N’empêche, que c’est super beau! C’est la 2ème fois que l’on vient avec Fred et on est juste scotchés de nouveau.

Mais cette fois-ci on change un peu la donne et on évite de prendre le train dont le prix est juste exorbitant. Le train va certes jusqu’au Machu Pichu mais à vrai dire, il va même plus loin, jusqu’à une centrale hydro-électrique notamment. Et il est possible d’arriver à celle-ci en véhicule et de là, marcher en longeant la voie de chemin de fer. Nous avons donc décidé de faire la rando via « hidro électrica ».

Comme on a loué une voiture pour faire le tour complet de la vallée sacrée, on en profite pour prendre ce chemin en faisant halte à Santa Teresa pour la nuit avant d’attaquer tôt la dernière partie.

Bon, faut le dire tout de suite, la route entre Ollantaytambo et Santa Maria est très longue (120 km de montagne) et passe par un col à plus de 4300m. Puis la piste entre Santa Maria et Santa Teresa est carrément défoncée et vertigineuse. Un 4×4 aurait été beaucoup plus pratique. Mais Fred aime les challenges et faufile notre voiture de loc (une Toyota Corolla) à travers les nids de poules et autres passages de rivière à guet. Fred stresse un peu pour le retour en espérant qu’il ne pleuve pas trop et que la route reste praticable.

La marche n’a pas été difficile en soi malgré quelques passages pluvieux. Vers la fin, on aperçoit la civilisation mais c’est un leurre, nous ne sommes pas encore à Aguas Calientes et il faut continuer à marcher encore 20/25 minutes pour arriver à Aguas Caliente. (traduction: sur le coup, on était complètement dépités – enfin tous sauf Fred le vaillant!)

On déjeune et trouvons rapidement un hôtel correct. Le tarif n’est pas très élevé. Etonnant !

Au programme: Jour 1, marche d’accès à Aguas Calientes puis repos. Jour 2, visite du Machu Pichu. Jour 3, retour par les rails. On a la chance de pouvoir prendre ce temps et ainsi découper le programme. C’est quand même mieux avec les loulous.

Niveau organisation, comme nous sommes avec ma mère et les Grandet, on s’adapte aux envies de chacun: certains prendront le bus et les autres grimperont les 1200 marches pour arriver au Machu Picchu.

Arrivés sur le site, comme on se l’imagine et même hors saison, c’est déjà blindé de touristes. Comme on est nombreux, on s’offre les services d’un guide francophone afin de mieux découvrir l’histoire du site. A la fin du tour guidée,  on monte à la maison des gardiens et puis on part visiter le pont de l’inca. Il est difficile de ne pas être ébloui par leur savoir-faire et la magie qui se dégage du site.

Pour la petite histoire, les conquistadors n’ont pas découvert le Machu Pichu car la cité était déjà abandonné à cette époque. En effet, il y avait eu une guerre entre clans incas et les hommes avaient été réquisitionnés… pour ne pas revenir. Plus tard, une famille de paysans s’y est réinstallée et occupait une parcelle de la zone.

On sait également que la cité n’était pas une ville comme les autres: c’était un lieu scientifique avec des agriculteurs et des chercheurs, pas de femmes, pas d’enfants… D’ailleurs la structure de la ville est inversée par rapport au schéma de l’époque.

Pour Esteban, il est dans les Cités d’or donc ce lieu est magique! J’avoue qu’en effet la magie opère encore pour nous aussi.

Le soir, on file aux eaux chaudes tandis que Fred part repérer l’accès de sa rando du lendemain pour admirer le Machu Picchu depuis un autre angle. Les eaux chaudes ici ne font pas très naturelles (= très aménagées) et on peut même se faire servir des cocktails directement dans les piscines!

Mais les enfants ne nous en laisse pas le temps et sautent de partout tandis que Ruben refuse de rester dans les bras (on a oublié ses brassard…) donc super pratique!

Ca détend et on a rechargé les batteries pour faire le chemin retour le lendemain.

Esteban, avec ses potes, ne voit pas trop le temps passé et globalement le retour se passe bien. On se sépare des Grandet là où ils doivent attendre le bus tandis que l’on peut récupérer notre voiture et rentrer à Cusco.

Donc visiter le Machu Pichu, avec des enfants, sans passer par la case train, c’est possible! Si vous décider de louer un véhicule et d’aller jusqu’à hidro electrica, on vous recommande quand même un 4×4 car ça vraiment été une aventure pour nous en simple voiture de ville!

Mais encore une fois, être autonome avec son propre moyen de transport, ça apporte du confort et de la flexibilité (nos copains les Grandet ont tout fait en bus, même le reste de la vallée sacrée – ça demande plus d’organisation mais c’est faisable aussi!)

Voilà, plus d’excuse pour faire découvrir à vos enfants ce lieu magique!

Translate »
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram