BIENVENUE SUR NOTRE BLOG : Les Petits Voyageurs | Une famille nomade explorant le monde depuis 2015
Accueil > Colombie > Salento la magique et la vallée de Cocora

Salento la magique et la vallée de Cocora

J’étais super tentée de vous faire un catchy title (comprendre: un super titre de la mot qui tue qui vous donne trop envie de lire ce post) mais à ce jeu là, j’ai trouvé mes maîtres: les Globes Blogeurs. J’ai littéralement dévoré tous leurs postes sur la Colombie (mine d’infos que je ne peux que recommander) et sur Salento et Cocora, y’a pas à dire, leur titre, il déchire: «  Du plus petit au plus grand ».

Vous vous demandez pourquoi je dis ça hein? Et bien lisez leur article (et puis le mien accessoirement!) 😉

Donc Salento est un lieu touristique entre Cali et Medellin, dans la région du café. Voilà, le cadre est posé. Alors touristique, c’est sûr. Mais charmant, encore plus. Et encore une fois en Colombie, c’est avant tout les Colombiens qui profitent de leur pays (et ils ont bien raison) donc on est quand même loin du tourisme de masse, et les Colombiens sont des amours.

La ville (village?) est colorée, la place principale est bordée de petites échoppes et restaurants de rue et – oui – il y’a la rue commerçante mais là encore ça reste charmant.

Si l’on prend un peu de hauteur dans la ville, on peut apercevoir le début de la vallée qui se dévoile sous nos yeux.

Je suis restée contemplative face à ce spectacle indescriptible: un mélange de montagnes suisses, de palmiers et d’oiseaux exotiques survolants nos têtes. Pour la première fois du voyage, j’ai senti mes tripes me dirent de rester ici. Un sentiment de plénitude face à un lieu où il ferait bon vivre. (j’adore le Sud Lipez mais glagla! Difficile de vivre DANS le Machu Pichu, trop chaud à Rio… ouais je sais, je suis chiante….)

J’aimerais pouvoir être quelqu’un dont la plume poétique saurait vous transporter là-bas mais je crois que mon style a ses limites, heureusement les photos de Fred peuvent pallier à mes talents narratifs! 😉

Bon Salento c’est aussi le point de départ de la Vallée de Cocora. On part en Willy (jeep de l’armée américaine) – pour le folklore – la route étant praticable en voiture normale. Mais c’est parfois bon d’avoir les cheveux au vent!

On peut ensuite faire une partie à cheval. J’ai réussit à convaincre Fred (par quel miracle?) de partir – moi et les enfants – à cheval; lui partant avant nous et on se rejoindrait ensuite. On aura plus de force pour la suite et ainsi faire une jolie boucle. Une super décision! On part donc à 2 chevaux: moi et Ruben; et Esteban – majestueux – sur son propre cheval. (le guide étant à pied derrière nous)

Depuis notre séjour chez Emmanuel à Yanque au Pérou (pour partir à la conquête du canyon de la Colca), Esteban est à l’aise sur un cheval et le bougre, il se débrouille mieux que moi! Pour lui c’est du bonheur à l’état pur. Même si le guide est présent et parle tout le long aux chevaux, Esteban est quand même assez souvent seul, il est trop fier (et nous aussi). Après un parcours sur un chemin caillouteux le long de prés, on s’enfonce ensuite dans la forêt, Fred à nos côtés. Ca monte, on évite des branches et Esteban gère comme un dieu (sans aucun parti pris).

On laisse ensuite les chevaux et on grimpe à la ferme aux Colibris. (avec des coatis bien moins agressifs que ceux d’Iguazu) Ils sont de partout et nombreux. Pourtant, ils sont tellement rapides et petits qu’il est dure d’en admirer longtemps un seul, c’est comme une vue d’ensemble en perpétuel mouvement. Difficile de les capturer en photo.

Puis pour le retour, on grimpe une autre montagne avant de marcher sous les magnifiques palmiers de cette vallée de Cocora. Les plus hauts du monde. Ils sont majestueux, frêles et imposants à la fois: leur tronc immense est planté d’un bien maigre couvre chef.

En une journée, on peut admirer l’oiseau le plus petit au monde, et le palmier le plus haut du monde.  Je crois que, pour moi, le temps s’est arrêté là bas.

Salento, ça a été aussi pour nous l’occasion d’aller dans une finca pour y découvrir le café: de sa culture, à la cueillette puis à la préparation de ce breuvage, nous avons écouté patiemment (les enfants moins!).  Esteban en a aussi profité pour traire des vaches et goûter du vrai lait frais.

Ah la vie à la campagne! Visiblement ils aiment ça!

2 plusieurs commentaires

  1. Wow ! C’est trop d’honneur, je suis vraiment extrêmement touché par votre entrée en matière ! Quel plaisir de vous lire et retrouver les maisons colorées, les palmiers géants, les colibris…
    Vous avez goûté le chocolat avec le fromage lors de la balade ? Ça fait bizarre à entendre, mais j’ai trouvé ça très bon !

  2. t’as vu ça!! en même temps c’est vrai qu’on adore votre blog et vos styles bien différents!
    Pour le fromage chocolat, j’ai gouté mais je dois t’avouer que j’ai trouvé ça bien mais sans plus… (je suis compliquée je sais!)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram

Un petit pas pour toi, un grand pas pour nous !

 

  • Tu aimes bien notre blog ? Et bien, ABONNE-TOI ou laisse un commentaire de temps en temps, ça fait toujours plaisir et ça nous motive encore plus à partager nos découvertes!
  • Si tu aimes nos aventures, on t’invite à nous suivre avec encore plus de nouvelles sur notre Facebook.
  • Tu adores les belles images? C’est tant mieux car on a rassemblé les nôtres sur notre Instagram.
  • Tu veux voir nos bouilles et prendre encore plus d’info sur notre camion? Notre chaîne YouTube est là!

Merci de nous suivre !