Retraite silencieuse, méditation – récit d’un échec

Ouais ouais je sais, j’annonce la couleur directe mais je préfère ça plutôt que de vous vendre du rêve! 😉

Et histoire d’y aller cash, je n’y suis restée qu’un jour (sur les 3 de prévu). Et c’est pas de ma faute! 

Si cette aventure ne m’aura pas transcendé (trop facile, je vous l’accorde) au moins, je vous ferais peut-être rire! Allez, c’est parti pour le récit!

Pourquoi une retraite silencieuse?

Un de mes rêves dans ce tour du monde en famille, et ce, bien avant le départ, c’est de faire du yoga dans un ashram en Inde. Mon sens de l’organisation très lastminute + l’idée de ma prof de yoga « tout viendra à toi à temps », me confortent dans le principe d’attendre et voir sur place. Donc, je mets cette idée dans un coin de ma tête et commence ce voyage, sereine.

Arrive le Sri Lanka, je suis à la rache pour les visas pour l’Inde, pas le temps de chercher un ashram… Dans ma tête, ça se fera au Kérala, comme ça les gars iront à la plage pendant ce temps, easy as A B C!! Cette région a été choisit uniquement pour ça dans notre voyage. Ensuite, ça sera le Rajasthan.

Arrivé en Inde, je me dis qu’il était temps de s’activer.

1er constat: le Kérala s’est grand. (et l’Inde, je t’en parle même pas! Tu vois que c’est grand, mais quand tu le VIS c’est une autre histoire!) 

2ème constat: c’est pas évident de trouver un ashram… pas trop touristique!

J’ai trouvé un ashram qui semblait top, mais peu de temps à près je trouve aussi leurs chambres proposées sur AirnB! 😉

De fil en aiguille, mes recherches me conduisent près de Goa, à Palolem. C’est décrit comme « tranquille ». Je trouve des plans assez touristiques mais aussi une offre un peu moins « marketée ». Et surtout sur ce celle-là, je vois qu’on parle de retraite silencieuse et médiation pendant 3 jours. Dans le rayon touristique c’est assez original ça! Donc forcément ça me parle! Et puis pour une Alice, c’est un challenge, c’est sûr! Je me dis que rien n’arrive par hasard.

Si j’ai trouvé ça, c’est un signe, je dois foncer!

Le principe de la retraite spirituelle?

3 jours de silence complet, sans téléphone, sans livre, sans ordi bref au calme complet. Au programme, de la méditation, assise, en marchant, du yoga, des repas végétarien… ça peut paraitre sado maso mais encore une fois, ça me « parle »! J’ai envie de tester mes limites, mes capacités. La méditation fait partie intégrante de la pratique yoga et c’est donc dans la continuité de mon apprentissage perso.

Bref je suis conquise. Sur place, c’est un peu plus compliqué! 😉

La rencontre avec Krishna

Déjà, dure dure de trouver chez lui et quand j’y arrive enfin il est en train de donner un cours de cuisine (tiens, un prof de yoga qui fait aussi prof de cuisine, multi-tâche le gars, mais tant mieux, j’aurais des bons plats à manger!). Il parle vite à ses 2 clientes, 2 jeunes irlandaises joyeuses et volubiles. Il me tend un plat pour goûter, c’est bon, adapté aux palets des européens. Il interrompt son cours pour me montrer ma chambre. C’est simple et basique. Sa maison est un vrai chantier, du bordel bazar de partout! Il me pose des questions sur ma vie et me confirme que cette retraite spirituelle me sera plus qu’utile pour me reposer et me ressourcer.

Je pense en avoir besoin en effet. Besoin de me retrouver un peu seule.

Je lui parle des règles, il me répond qu‘il faut savoir être souple et que je peux emmener mon ordi pour utiliser internet et contacter Fred. Il enchaine et me propose de commencer dès le lendemain matin, sur 3 jours, comme indiqué sur son site: de la médiation, les repas inclus et des cours de yoga.

Pour moi, ça semble parfait! Je vais me faire chouchouter youpie!! Alors bon, c’est vrai qu’il est bizarre ce Krishna. Et ça c’est rien de le dire. Mais je me dis qu’il faut être ouvert d’esprit hein? Et faire confiance à la vie! (on se rassure comme on peut pas vrai? Ou tout simplement on ne veut pas voir les choses en face) 

Je me dis aussi que plus c’est différent de moi et plus je vais apprendre. Et ici, visiblement, je vais vachement apprendre!

Le jour J

Mon aurevoir ne semble pas émouvoir les enfants (les monstres j’te jure!). En près d’un an, nous n’avons jamais été séparés aussi longtemps (sauf pour le séjour d’une semaine avec Esteban dans les Alpes Maritimes).

J’arrive chez Krishna et il me propose un petit déj. C’est bon. Puis on file sur son toit faire du yoga. Tous les 2. Pas de participants inscrits aujourd’hui.

La séance est originale. Son toit n’est pas top clean mais en même temps c’est en extérieur et en Inde. C’est constellé de paréos à l’effigie de Bob Marley. Il s’en dégage donc un côté plus psychédélique que spirituel. Il s’avachit dans une chaise – les pattes écartées  – classe à Dallas – dans son sarong, heureusement long! Et il me donne des noms de positions à faire. Faut pas être débutant!

Parfois il se lève pour me corriger, parfois de pas grand chose mais au niveau du corps, ça travaille complètement différemment.

La séance (de moins d’une heure) se finit et il me dit de rester là seule et de méditer. Seule. Sans aucun support ni instruction. Bref, je ne tiens pas très longtemps et redescend le voir. Il est de nouveau en train de faire un cours de cuisine, avec de nouveau une bande de jeunes filles délurées  joyeuses.

Bon pour le côté « silence » de cette retraite, faudra y repasser car je ne vois pas comment faire silence au milieu de tout ça. Je m’éclipse dans ma chambre et feuillette 2 bouquins qu’il m’a prêté. 2 bouquins assez techniques sur la méditation et sur les mudras (positions des mains).

Le magnétisme en action

Je retourne à la cuisine pour manger, les filles du cours n’ont pas fini. Je me dis que ce sont de belles rencontres et garde mon côté « faut être ouverte d’esprit! ».

Et là j’assiste, fascinée, au spectacle de Krishna en public.

Ce mec n’est pas tout jeune (si je dis vieux, je vais me faire tabasser!), assez fin, peau mate, cheveux long et filasses.

Toujours à moitié à poil (certes il fait chaud). Bref pas trop mon type de mec. Et a priori pas forcément celui de ces petites jeunettes.

Malgré son accent que je trouve fort, il papotte avec ses 3 nouvelles protégées et d’un ton qui me laisse sans voix.

Nan mais t’as vu tout le gras que tu as sous le bras? Et si jeune en plus? C’est moche! C’est typique de vous ça les Européens. Tu bois trop et bouge pas assez tes fesses. Et toi, Arrêtes de parler et va plutôt couper l’ail.

Et contre toute attente, les filles acquiescent et se mettent à lui raconter toute leur vie. Elles se confient à lui tout en cuisinant des plats indiens sous ses ordres!

J’hallucine du spectacle. Je reste bouche-bée (courte séance de retraite silencieuse?). Elles lui posent plein de questions, ça part dans tout les sens: quel est leur élément (feu, eau, terre etc..) comment rétablir une bonne hygiène de vie (arrêtes la bière au pdj? –> ok je sors!). 

Visiblement elles vivent un truc hors du commun! L’une d’entre elles a tellement accroché qu’elle souhaite revenir cet aprem.

Dans l’aprem, Krishna fait une sieste puis part régler 2-3 trucs. Je suis de nouveau seule. Enfin pas vraiment. J’ai aperçu un couple en train d’écraser sévère dans une chambre, porte ouverte.

Quand Krishna revient de sa sortie, le couple se lève. 2 jeunes allemands, fraîchement débarqués d’Europe. 1ère question : t’as un  joint? Et tandis que Krishna leur en prépare, je leur demande d’où ils se connaissent? (ils ne semblent pas les parfaits candidats aux cours de yoga ou de cuisine). Krishna intervient et dit qu’ils se connaissent via internet. Je n’en saurais pas plus

Krishna me prépare gentiment de l’eau chaude salée pour détendre ma cheville douloureuse (souvenir du canyon de la Colca plusieurs mois auparavant). La jeune de ce midi revient et bénéficie d’une séance privée de yoga dans une chambre fermée. Je me sens paumée. Je ne trouve pas trop ma place ici. Beaucoup trop de passages, de mouvements, de bruits. Et je suis clairement en décalage avec tous les autres. Bref, je tourne en rond.

A la fin de leur séance yoga, Krishna m’invite à faire une séance de Gong avec la jeune fille. Encore une fois, super courte. La jeune fille, elle, a adoré et me sort que Krishna a un truc de dingue. J’ai du passer à côté de ce détail car moi je me demande juste ce que je fous là. Je me sens dans une comédie ridicule. La maison de Krishna est tout sauf un lieu de retraite spirituelle. Il n’est pas disponible pour moi, m’aider dans cette démarche. Il est toujours dans sa cuisine, avec plein de monde.

Pendant notre cours de gong, 2 Israéliennes débarquent. Elles connaissent Krishna visiblement. Tout est flou ici. J’ai l’impression d’être la seule personne ici venue pour du yoga et de la méditation. Le reste, cours de cuisine, oui certes mais pas que. Et quoi alors? Mystère!

La jeune fille du cours s’en va, et sert fort Krishna dans ses bras qui en retour l’embrasse sur la bouche.

Je suis étourdie. Je ne comprends plus rien. Mais ce qui est sûr dans ma tête: je n’ai rien à faire là.

Le départ – à la sauvette!

Je ne me sens pas d’affronter Krishna. C’est lâche hein? Je veux partir, là tout de suite, maintenant. C’est plus qu’une certitude, ça devient un besoin vital. Ca tourne en boucle dans ma tête: « pars d’ici, ce n’est pas ta place ». Krishna sort en scooter (encore une fois).  J’en profite pour prendre mon petit sac, je passe devant les Israéliennes qui squattent et je file rejoindre mes hommes à l’hôtel.

Même en écrivant ces lignes après coup, je suis toujours mal à l’aise avec l’expérience vécue là bas. Trop différent de moi surement. Je n’ai pas les bons codes pour décrypter ce qui se passait là-bas mais la retraite spirituelle et surtout silencieuse est clairement une arnaque. Cette expérience m’a un peu destabilisée car ça m’a vraiment fait tout drôle de voir tant de gens se sentir à leur place tandis que moi, je me sentais au contraire paumée. Et plus ils se sentaient à l’aise, plus j’étais perdue!

Je reste aussi sur ma faim en terme de retraite silencieuse. J’aurais tellement voulu essayer ! Mais dans ce cadre là, c’était mission impossible. Tu ne peux pas rester silencieux au milieu du bruit. (en tout cas, moi, j’y arrive pas!)

Bon, je suis quelqu’un de relativement positif (dans mes bons jours) et je me dis que tout ce que l’on vit est une expérience en soit. Il y’a toujours quelque chose à en retirer! Et vous, sans aller jusqu’en Inde, avez-vous déjà été victime d’arnaque? Comment ça s’est finit?

Avez vous déjà testé les retraites spirituelles et/ou silencieuses?

Mais le Yoga, l’Inde et moi, ce n’est pas finit! 😉

 

 

Translate »
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram