BIENVENUE SUR NOTRE BLOG : Les Petits Voyageurs | Une famille nomade explorant le monde depuis 2015
Accueil > Birmanie > Mont Zwegabin: 3 montées, 2 récits bien différents!

Mont Zwegabin: 3 montées, 2 récits bien différents!

Le mont Zwegabin fait partie d’une petite chaine de montagne karstique s’élevant au milieu de magnifiques plaines de rizières. Il se trouve dans le sud-est de la Birmanie, dans une région peu connue des touristes, enfin pas encore! 😉

Il est possible de passer la nuit dans le temple au  sommet avec les moines. L’ascension nous tente bien mais pas avec les enfants. On va la faire chacun son tour.

3 montées, 2 récits différents: pourquoi?

Oui car il y’a un fou parmi nous (mais qui ça peut bien être, je me demande??) qui a décidé de le monter 2 fois, pour tester les 2 chemins d’ascension! Moi je me suis contentée de ne faire qu’une fois l’ascension. Nous avons eu 2 ressentis très différents sur ce lieu, aussi on trouvait ça intéressant de partager nos points de vue!

Fred: je suis tombé amoureux dès le 1er coup d’œil

Nous parcourions en bus « très » local la centaine de kilomètres entre Mawlamyne et Hpa-an. Le paysage est magnifique avec des rizières et des gros rochers plantés au milieu avec des temples et des statues dans tous les sens. Je passe l’ensemble du trajet à la porte ouverte du bus pour faire des photos du paysage. Juste avant d’arriver à Hpa-an, Alice me dit « Tu verras, il y a un énorme rocher avec un temple dessus, c’est le Mont  Zwegabin (J’arrive toujours pas à comprendre comment elle a cette longueur d’avance sur moi sur tout ce qu’il y a à voir sur notre route?)

Ah ! Je l’ai bien vu… Impossible de le manquer dans le paysage. C’est pas un rocher, c’est une montagne haute de plus de 700m au milieu des rizières avec sur un point culminant un temple. J’ai tout de suite sû que j’allai monter au sommet. Je cherche déjà à entrevoir le chemin d’accès. J’apprends qu’il y a 2 chemins, 1 de chaque côté de la montagne. Il ne me reste plus qu’à organiser tout ça!

Je me renseigne un peu. Il en ressort que l’ascension est très éprouvante et que dès 9h du mat les marcheurs crèvent de chaud et manquent de tomber dans les pommes. Ben ça tombe bien car mon trip à moi c’est de monter là-haut de nuit pour voir le lever de soleil sur la plaine. Le problème c’est que c’est à environ 40 minutes de route de la ville. Il me faut donc trouver un moyen de locomotion.

A Hpa-an, il y a 2 façons de visiter les environs. Soit tu payes un tour guidé organisé par les hôtels pour faire à la va-vite le tour de tous les attractions en 1 journée, soit tu loues un scooter et tu profites, à ton rythme, de la beauté et la diversité des paysages. C’est pas la peine de vous expliquer notre choix

Donc 1er jour de location. On part en direction du Mont pour reconnaître l’accès par le nord. On visite plusieurs points et on passe en fin de journée reconnaître l’accès par le sud. On rentre ensuite en ville en longeant la rivière puis on tourne un peu en rond pour retrouver notre hôtel. De retour chez le loueur, je lui demande de garder le scooter pour la nuit car je projette de faire l’ascension du Mont Zwegabin dans la nuit. Il m’encourage et me donne les indications pour la route à suivre.

Je pars donc à 4h30 du matin pour 30 minutes de petites routes embrumées à travers la campagne birmane. Il n’y a pas un chat, c’est l’aventure à chaque virage. Je suis sous une pluie d’étoiles et j’aperçois la crête de la montagne éclairée par la lune. Je fonce dans la nuit froide jusqu’au temple aux milliers de Buddha, départ de l’ascension par le sud.

Je traverse le temple au son des mantras des moines déjà à l’œuvre. L’ambiance est incroyable. Je dépose le scooter au pied des premières marches et je me lance dans l’ascension.

Trouver son chemin dans le noir

Je commence par grimper des marches très raides pendant 20 minutes avant d’arriver à un petit plateau avec une habitation (sans doute un autre temple). Il n’y a pas d’indications claires pour la suite du parcours alors je prends un petit chemin sur la droite de la maison. Ca continue à grimper, c’est bon signe. Le chemin alterne ensuite des marches et un chemin avec même quelques descentes. J’aperçois ensuite le sommet avec le temple et je dois gravir une longue série de marches pour arriver. J’arrive en haut à 6h30 mais le jour n’est pas encore levé. Je fais le tour en cherchant de quel côté le jour va apparaître. Je tombe sur 4/5 touristes qui ont dormis là-haut pour voir le lever de soleil. (On peut dormir gratuitement au temple, diner et petit-déjeuner avec les moines) J’observe les singes qui occupent les lieux et je me trouve une place pour observer le petit jour.

Le plus beau lever de soleil de ma vie

La plaine est complètement dans la brume, la montagne semble flotter dans le ciel. Il y a une succession de crêtes qui semblent elles-aussi flotter dans le ciel rouge-orangé. Avec l’arrivée du soleil, la brume monte de la plaine et passe par dessus la montagne du nord vers le sud et s’enroulant comme une vague. Je suis complètement conquis…

Je redescends et croise les 1ers marcheurs qui ont tout raté de ce spectacle hallucinant. Il faut absolument qu’Alice voit ça !

Alice: love at first sight? bof bof!!

La route au Mont Zwegabin

Prendre une route que tu ne connais pas, en Birmanie, de nuit, faut en vouloir! Je ne le réalise qu’une fois assise sur mon scooter, à 4h du mat, dans les rues vides et sombres de Hpa An!

Punaise, ici le budget électricité sur les routes n’est pas le même que chez nous ! T’as des portions sans rien, noir complet.

Fred m’avait dit qu’en haut du mont on voit la brume monter doucement. Ça veut donc dire qu’elle est en bas à un moment donné, non?! Et ça, je le comprends une fois sur mon petit scooter, dans le noir au milieu de la brume... Impression garantie! Fred dira que c’est l’aventure, moi je flippe!

Après m’etre demandée 10 fois s’il fallait faire demi tour car j’avais dû me planter, j’arrive à bon port! Zut! J’étais presque motivée pour rentrer et dire à fred que ses explications étaient toutes pourries (toujours s’en prendre aux autres quand on y est pour quelque chose, règle de base!!!)

Démarrage

Bref j’y suis, va bien falloir grimper maintenant ! Je passe tout d’abord l’allée remplie de statues de bouddhas, c’est assez impressionnant dans le noir toutes ces ombres figées.

Je sors la lampe frontale, je prépare les bâtons.. Et là, ça coince! Les super bâtons de pro achetés pour réparer mon oubli au Canyon de la Colca au Pérou (Alice boulet forever!) sont déjà en piteux état! Et impossible d’en ouvrir un. Je pars donc avec un seul bâton (mieux que rien je sais mais moi je préfère me dire que je suis partie avec un handicap et que je suis trop balaise alors on continue comme ça si ça vous dérange pas !)

Bon vous l’avez compris, je ne suis pas aussi balaise que Fred. Et m’aventurer seulE dans la nuit, en Birmanie: j’en mène pas large!

Je profite de ce post pour féliciter toutes les filles qui voyagent « seule ». Une part de moi trouve cela évident de ne pas avoir à « attendre » un mec pour voyager. Mais au final, en ce qui me concerne, je ne suis jamais sorti de ma zone confort: je voyage depuis que je suis avec Fred et toujours avec Fred. Et je réalise dans ce genre de mini aventure à quel point, à ses côtés, je ne me pose pas certaines questions. Alors si ça se trouve, je saurais super bien géré (ou pas!) mais pour l’instant, j’en sais rien et je pense souvent à des amies qui parcourent le monde seule et qui ont toute mon admiration pour avoir les « corones » nécessaires pour le faire!

Comme pour le Parc de Tayrona, je constate que Fred m’a donné des indications précises et fiables. Je me retrouve donc rapidement au 1er temple.

Je sais que ce temple n’est pas à la moitié du chemin et qu’il me reste pas mal de chemin à faire alors je ne m’arrête pas et continue mon ascension.

J’apprécie vraiment les infos de Fred, ça permet, sans bien voir ce qui m’entoure, de me situer dans ce chemin. C’est très agréable et rassurant.

Je suis seule ou bien???

Il fait toujours noir et dans la montée dans la forêt, j’entends des bruits. Un animal? Je vois à présent des lumières. Je n’arrive pas à savoir ce que c’est, elles vont dans tous les sens et le faisceau oscille à travers les arbres. Je suis la reine de la parano dans ces cas-là et je m’imagine un groupe de gens mal intentionnés. (qu’est ce qu’ils viennent faire à une heure pareille sur une montagne sacrée, ne me le demandez pas, je ne suis pas rationnelle dans ces moments-là!!!). Précisons aussi que les gens « violents », en Birmanie, ça ne doit pas courir les rues.

Je continue, je me rassure de façon totalement absurde à coup de « j’ai un bâton de marche, je peux m’en servir si besoin ». Je continue l’ascension, j’entends toujours ce groupe mais n’arrive pas bien à le situer.
Et là, au détour d’un virage je me retrouve nez à nez avec des Birmans. Toute une famille partie dans la nuit faire cette montée. Les filles semblent s’arrêter toutes les 2 mins, les garçons mettent de la musique sur leur téléphone pour se motiver!

Bref, pour le côté dangereux, on repassera! Ouf! 🙂

Je les double et continue la grimpette. Quelques escaliers (qu’est ce que je déteste les escaliers!!! Depuis le Sri Lanka, avec l’ascension de l’Adam’s Peak, j’ai fait une overdose!)

L’arrivée au sommet… et là c’est le drame! 😉

J’aperçois enfin le sommet. Je sens que le soleil arrive bientôt alors que je ne suis pas encore arrivée. Dans un dernier effort, j’accélère le rythme et cherche le spot conseillé par Fred, juste avant le sommet. Je repère les canalisations sur les escaliers mais avant de tourner sur le point de vue qu’il m’a indiqué je décide de monter jusqu’au sommet, histoire de bien faire les choses!

Je croise un touriste qui a passé la nuit au sommet, dans la monastère.

Je redescends au spot indiqué par Fred et attends ce fameux lever de soleil. Il arrive, il est beau mais l’effet ouahou n’arrive pas, lui!!! C’est très sympa, y’a pas à dire mais ça ne va pas bouleverser ma vie non plus. La mer de nuage ne court pas sur les sommets comme Fred me l’avait vendu! ça sent l’arnaque tout ça! 😉

Je suis fatiguée par ma courte nuit et je sens que je suis vraiment exténuée.

Tandis que le soleil se lève encore mollement, je m’écroule (je ne trouve pas mieux, c’est criant de vérité malheureusement!!) et je m’endors!! La honte! Et je dors peinard pendant bien une petite demi heure!

J’ai cette « superbe » capacité à user mes forces jusqu’au bout, sans qu’aucun signal d’alarme me signifie que je dépasse les bornes. Résultat, je peux passer en quelques secondes en mode dodo. C’est assez fascinant dixit Fred car ça m’arrive n’importe où!

En vélo, à travers la région des 7 lacs en Patagonie Argentine par ex. Je pédalais toute la journée, pendant 5 jours, avec Esteban derrière moi. J’ai sentie la fatigue me tomber dessus. J’ai eu le temps de prévenir Fred, de poser mon vélo (et décharger Esteban) et je me suis allongée sur le bas côté de la route!

Dans un temple en Inde. Udaipur, la cité blanche. Son palais m’a mortellement ennuyé, je commençais à saturer des palais il faut dire et celui-là est aussi sublime de l’extérieur que ce qu’il est ennuyeux à l’intérieur. J’avais le porte bébé (vide) et j’ai réussit à m’asseoir à côté de notre ami Raoul et à m’endormir là, assise sur un banc.

Alors, ça ne dure jamais bien longtemps : 20-30min max, mais ça arrive d’un coup!

A mon réveil, je me sens mieux et prête pour redescendre! (tu m’étonnes!) Je croise des gens qui espéraient voir le lever de soleil mais qui sont partis bien trop tard.

Sans mystère, la descente se fera facilement, je retrouve mon scooter et rentre retrouver mes hommes et surtout, partager mon point de vue avec Fred.

Fred: 2ème ascension du Mont Zwegabin

Je suis très déçu qu’Alice n’ait pas vu le même spectacle que moi. J’ai adoré mon aventure et je ne compte pas en rester là ! Je programme donc, le jour suivant de son ascension, de monter par le nord. C’est censé être plus court mais beaucoup plus difficile. J’entame donc aussi l’ascension de nuit et ce sont des marches raides tout le long avec des falaises assez à pic. J’arrive en haut pour le lever du soleil mais le spectacle n’est effectivement pas au rendez-vous comme le 1er jour. C’est fou comme la nature peux vous réserver ou pas de belles surprises.

Et vous, avez-vous déjà vécu des expériences similaires: le même trajet, pas le même vécu ni le même ressenti?

Pour ceux qui y sont montés, on serait curieux d’avoir votre opinion!

On espère qu’au delà de ces différences de point de vue, ce post vous aura donné envie de partir à la découverte de ce mont et de vous en faire votre propre expérience! Ca en vaut la peine!

 

 

4 plusieurs commentaires

  1. Coucou Les petits voyageurs,

    Encore merci pour cette magnifique série de photos. Un grand Bravo à tous les deux pour avoir osé mener cette expédition de nuit chacun de votre côté !
    Vos commentaires sont si détaillés que nous arrivons à nous immerger dans vos aventures.
    Si un jour vous projetez de venir sur l’ile de la Réunion, c’est l’ascension du Piton des Neiges que vous pourrez comparer.
    Bonne continuation à vous 4.

    A bientôt.
    Emma.

  2. Coucou Emma,
    ça fait toujours plaisir de lire tes commentaires! Je t’avoue que perso, j’en menais vraiment pas large sur mon petit scooter de nuit là bas…
    La Réunion, mon homme me tanne depuis 10 ans pour y aller. Entre les rando, le canyoning, les paysages, c’est le genre de lieu qui le rend dingue! Donc c’est sur notre to do list de voyage, ça c’est sûr! 🙂

  3. Ferrer catherine

    Vous m’étonnerez toujours vous deux…vos récits d’aventures sont toujours passionnants…et vus de 2 façons c’est génial ! Quel courage ma fille bravo bravo…!!!!!!

  4. Merci Mounetti! <3

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram

Un petit pas pour toi, un grand pas pour nous !

 

  • Tu aimes bien notre blog ? Et bien, ABONNE-TOI ou laisse un commentaire de temps en temps, ça fait toujours plaisir et ça nous motive encore plus à partager nos découvertes!
  • Si tu aimes nos aventures, on t’invite à nous suivre avec encore plus de nouvelles sur notre Facebook.
  • Tu adores les belles images? C’est tant mieux car on a rassemblé les nôtres sur notre Instagram.
  • Tu veux voir nos bouilles et prendre encore plus d’info sur notre camion? Notre chaîne YouTube est là!

Merci de nous suivre !