Je me réveille et commence la journée par une séance de yoga en profitant des premiers rayons du soleil. Fred se lève à son tour et nous prenons un thé ensemble en parlant du programme à venir. On entend les garçons se réveiller à leur tour alors on les retrouve et on improvise une bataille d’oreillers qui finit en séance de câlins. Après le super petit déjeuner – composé de fruits frais, de muesli avec yaourt, Esteban fait son école tandis que Ruben colorie. J’en profite pour regarder les emails, le blog et Fred trie les photos et avance sur des articles.

 

Aussitôt l’école finit, nous filons découvrir le pays, sa culture: randonnée, musée, le choix est toujours large. Les enfants sont aussi l’occasion de sympathiser avec des touristes mais surtout des locaux: ce sont toujours des moments de rire et de partage.

Pour le déjeuner, nous prenons un repas sur le pouce et tandis que Ruben fait sa sieste dans le porte bébé, nous en profitons pour faire des visites plus « pointues » avec Esteban. C’est important de passer des moments privilégiés avec chacun de nos enfants.

Le soir nous partons à la découverte des saveurs locales, les enfants adorent découvrir des nouveautés et c’est un vrai délice pour nos papilles!

Après une histoire (c’est notre rituel du soir), les enfants s’endorment paisiblement et nous profitons avec Fred d’une bière fraîche sur la terrasse de l’hôtel.

Une nouvelle journée d’aventures passionnantes pour Les Petits Voyageurs!!

🙂 (amour et paix sur terre et plein de coeurs, voilà les émoticônes que j’aurais aimé rajouter)

Alors pour compenser l’absence de ces beautés d’amour, je vais me « contenter » de toutes ces belles photos de famille, où nous sommes heureux, unis! Le voyage en famille, c’est simple, c’est beau!!!!!

Nan mais tu nous as bien vu là?

Tu crois vraiment que notre vie ressemble à celle des bisounours? 😉

Donc maintenant place à la vérité!!!

Pour commencer, soit on a mis un réveil et ça pique les yeux soit les enfants nous réveillent à coup de « Bibi Maman! Bibi Maman! » ou encore « ça y’est j’suis réveillé » en criant ça tout près de ton oreille encore endormie. Bref les journées commencent toujours bien, of course! (donc la bataille d’oreillers parfois c’est juste pour essayer de les jeter hors du lit, tout simplement!)

Ensuite, comme on économise sur tout, notre hôtel ne nous propose pas le petit déj inclus donc à nous de nous débrouiller! Alors soit la veille on a pu s’organiser et on a trouvé notre bonheur soit y’en a qui s’y colle dès le réveil en partant habillé à la rache. Glamour.

Faire l’école à ses enfants: juste du bonheur!

Donc concrètement, Esteban rechigne parfois, Ruben lui pique son cahier et veut gribouiller dessus ou bien le couper (il coupe TOUT ces temps-ci) et ils réclament donc tous les 2 de l’attention. Donc forcément au moins un de nous 2 se transforme en prof, voir les 2 quand il faut l’artillerie lourde (si si ça arrive parfois).

Dans la réalité, on va super rarement au musée, mes 3 hommes s’en foutent, se sont des incultes! Tout ce qu’ils veulent c’est crapahuter!

Et tiens d’ailleurs, quand on dit « on file découvrir la ville« , nan mais qui peut bien y croire à ça? Avec 2 enfants en bas-âge? On ne file pas non! On les habille, on aide à brosser les dents, on cherche la casquette perdue, on vérifie le sac à dos et ensuite on prend le bus. Le bus local. Celui qui s’arrête 10 fois en 5km. Donc autant de dire que la journée passe vite! (nan, toujours pas de chauffeur privé… c’est ballot!)

Les rencontres, c’est pas tous les jours non plus et c’est pas tout le temps « fan-tas-ti-que« . Faut arrêter de déconner! Y’a pas mal de voyageurs, jeunes, en sac à dos, qui n’en ont strictement rien à faire de nous et nous évite presque, y’a les curieux, y’a les cools, y’a les locaux qui veulent te vendre un truc ou qui trouvent des enfants trop beaux (et on les comprend) etc etc… Les belles rencontres sont rares mais te marquent profondément.

Pour la sieste de Ruben, il a maintenant décidé de la zapper un max (pour notre plus grand bonheur, vous imaginez bien!). Les locaux (dont les enfants ne pleurent quasiment jamais, j’vous jure) assistent bien souvent médusés à des scènes où ce petit loulou sait montrer tous ces talents de tragédien et hurle à la mort.

Quant à Esteban, il doit déjà être un ado car il a tout le temps faim. Donc tu passes ta journée avec cette musique dans la tête:

« C’est quand qu’on arrive? J’en ai marre de marcher! J’ai faim. On mange quand? » Répété en boucle 10 fois, sinon c’est pas drôle.

D’ailleurs parlons-en de la bouffe. Côté Amérique du Sud on trouvait ça parfois répétitif: poulet riz patate. Je m’explique: on se fait pas péter le resto gastronomique et on mange bien souvent dans des bouibouis donc la nourriture c’est un peu « same same but different ». Et le Sri Lanka et l’Inde ça déchire juste les palets de nos chéris donc on se rabat sur des super truc genre fruits, crêpes et riz (youpie!)

Et puis tous les 2-3 jours, il y’a la lessive, tous ensemble assis dans la douche. Ou encore la recherche d’hôtel, de transports, de resto, négocier toujours, pour tout.

Quant à l’hôtel et à sa terrasse parlons-en tiens! Pas souvent de terrasse, pas souvent de bières pour nous. Nan la réalité c’est que quand les enfants écrasent, on peut enfin parler… mais parler de logistique je vous rassure! Faire les sacs, chercher la casquette perdue, faut acheter des couches, , d’ailleurs il nous reste de l’eau? Bref après ces considérations métaphysiques passionnantes et surtout après une journée « normale » chez les Petits Voyageurs, on est juste exsangues. On trouve un peu le temps pour aller sur le blog et on s’écrase pour reprendre des forces pour le lendemain.

Hé oui, parce que le lendemain, on prend les mêmes et on recommence! 😉

C’est pas le goulag non plus! 😉

Je voudrais pas vous écoeurer du voyage en famille non plus! J’avais déjà évoqué cette vérité cachée dans les « Coulisses du Tour du Monde« . Je souhaite juste montrer, à travers ce genre de post, une partie de ce que l’on n’imagine pas forcément.

Car le reste, vous le voyez: des paysages sublimes, des nouvelles saveurs, des cultures différentes et la sensation de s’enrichir tous les jours de cette variété, sans se lasser. Et c’est évidemment ça le plus important, ce qui nous laisse – heureusement – le plus de souvenirs. 🙂

A regarder nos photos de l’année passée, je réalise à quel point nous avons réaliser un rêve, notre rêve… Je ne sais pas si nous avons de la chance ou du courage, mais je me sens comblée par ce choix et je suis heureuse comme ça.

Pourquoi ce post?

Parce que je suis fascinée par la plume de certains écrivains qui arrive à nous plonger dans une faille spatio temporelle où l’héroïne se lève le matin à genre 6h30, part faire son jogging, revient, prend sa douche, se maquille et s’habille tout en préparant des muffins maisons pour sa petite famille adorée et en leur faisant les sandwichs du midi. Les enfants débarquent habillés dans la cuisine, son mari l’embrasse et c’est encore mieux que « 7 à la maison »! Ils partent tous de la maison – qui est déjà propre – et l’horloge indique qu’il est 8h, faille spatio temporelle confirmée!  😉

Alors je me suis amusée à essayer d’écrire comme eux!

Ce post m’est venu lors d’une journée sympa…. qui a mal tourné! C’était une journée qui avait bien commencé pour nous. On faisait du bateau en Inde. Et puis Fred et moi on s’est pris la tête et je me suis mise à bouder. (c’est moche mais évidemment, c’est pas de ma faute, c’est de la sienne!) Et je me suis mise à imaginer une journée parfaite, comme celle qu’on nous rabâche, comme si c’était possible: une famille magique, tout se déroule superbement bien, c’est simple (trop dirais-je même), le sourire colgate est vissé sur les visages…

Le voyage c’est pas les vacances! Je crois qu’il est difficile d’imaginer le quotidien des autres et qu’on l’idéalise parfois. Alors bien sûr, dans la vraie vie, on a des supers moments… et des moins bons, vous l’avez compris. Et c’est comme pour vous d’ailleurs! 😉

Translate »
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram