Après une course incroyable pour quitter le Chili et passer la frontière en faisant du stop. Après avoir voyager en bus toute la nuit, nous arrivons enfin à El Chalten, l’un de nos 2 rêves en Patagonie Argentine. Comme nous n’avons pas réservé d’hôtel, je squatte avec les 2 loulous et les valises un coin dans le terminal de bus pendant qu’Alice fait le tour de la ville pour trouver un hébergement.

J’ai donc le temps d’observer les gens qui arrivent et qui partent de la ville. Ils sont tous méga équipés avec les  vêtements Goretex, les bâtons de marche et les sacs à dos fluos. Il y en a même qui ont des piolets d’alpinisme sur le sac… C’est un défilé de mode (avec plus ou moins de goût d’ailleurs mais de l’argent, visiblement)…!

C’est le pompon quand un type rentre avec la veste complètement fermé laissant seulement dépasser ses 2 yeux… Mais on est où là ? Je commence à flipper d’avoir emmener les gosses ici !

Effectivement en sortant, il y a beaucoup de vent et il fait froid …. mais c’est quand même pas « le pôle nord » ou plutôt le pôle sud, c’est plus près !

On rejoint notre hôtel et on se dirige ensuite vers le parc de jeux pour défouler les enfants. En discutant avec les locaux, ils nous annoncent une belle journée pour le lendemain. Mais comment faire pour profiter tout les 2 de ce petit laps de temps, sans faire des treks aux enfants? Rapidement, on décide de partager la journée en 2. Je vais partir faire l’ascension très tôt le matin et Alice le reste de la journée. C’est cool !

1er jour : Ascension jusqu’au Mirador Maestri pour voir le Cerro Torre, le glacier et le lac

Je pars donc à 4h du matin de l’hôtel. Le ciel est bien dégagé et la lune m’éclaire merveilleusement bien jusqu’en haut. En arrivant à 7h au mirador, il y a beaucoup de vent et surtout un gros nuage planté sur le Cerro. Impossible de voir cette magnifique montagne. Je sens quand même que cela se découvre et je rentre rapidement à l’hôtel passer le relai à Alice.

Je lui propose de partir en direction du Fitz Roy. Je passe l’après-midi à jouer avec les garçons. Je m’occupe même de faire la classe à Esteban.

Ma première question quand Alice rentre est : « Est-ce que tu l’as vu? » (le Fitz Roy) Réponse : « Oui, c’est magnifique ! » Je suis vraiment très content pour elle et pour nous !!!! Elle a les yeux qui brillent.

2ème jour : Ascension vers le Fitz Roy en passant par les lagunes Hija et Madre

J’ai la sensation que les montagnes se dégagent vers la fin de matinée alors je met mon réveil à 6h. En me levant  dans la nuit, je mets le nez dehors et c’est la tempête. Je vais me recoucher en désespérant  pour le lendemain. Quand le réveil sonne à 6h je dis à Alice de l’arrêter puis je me dis que je dois quand même vérifier dehors. Plus de vent et des étoiles dans le ciel! Vite je m’habille et je file!

J’arrive vers 9h30 au Campamento Poincenot au pied du Fitz Roy et le temps se dégrade rapidement. Le vent se lève et la pluie commence à tomber. Je change mes plans et continue vers le glacier Piedras Blancas. Le chemin n’est pas évident le long de la rivière. Il faut ensuite franchir des gros chaos de blocs de pierre très dangereux (surtout sous la pluie) pour apercevoir le bas du glacier. J’avance avec beaucoup de prudence car ce n’est pas le moment d’avoir un accident ! Je rentre sous la pluie par le mirador del Fitz Roy. J’arrive vers 13h en bas, frigorifié mais très heureux.

Je n’ai pas vu le Fitz Roy.

3ème jour : Ascension jusqu’au Mirador Loma del Pliegue Tumbado

Il y a beaucoup de vent et il pleut ce matin. J’attends une éclaircie à 12h pour partir. C’est la rando sensée être la plus longue et la plus difficile du coin. Environ 1000m de dénivelé à monter en 4h. Je me pose quand même quelques questions sur la capitale Argentine du Trekking? Je monte en 2h15 et redescends en 1h45. Alice me fais un « DEJA » quand j’arrive en bas. La seule difficulté a été les dernières centaines de mètres dans 15 cm de neige fraîche de la nuit avec des chaussures basses. Pour la vue, il faudra revenir car le nuage est encore plombé sur le Cerro Torre.

Je n’ai toujours pas vu le Fitz Roy.

4ème jour : Ascension vers le Fitz Roy à l’azimut

On va bientôt partir d’El Chalten et je commence à avoir la pression car le temps ne s’arrange pas et je n’ai toujours pas vu le Fitz Roy. Alice et ses copines photographes Hèlène et Lily renoncent à la rando car il y a des grosses rafales de vent dehors. Je suis monté à bloc et je pars à 11h30 pour ma dernière tentative pour le voir car on part le lendemain. Comme je n’ai pas vraiment l’intention de prendre le même chemin que la veille, je décide de partir de la cascade Chorillo del salto à 3km au Nord de la ville. Il n’y a pas de chemin de tracé sur ma carte mais vu la végétation, je suis sûr de pouvoir avancer à l’azimut vers le Fitz Roy. Je trouve finalement un petit sentier qui remonte toutes les cascades. Je fais très attention car les rafales de vent sont très fortes et je suis seul en pleine nature. Je dois passer par dessus un petit pic mais le vent est tellement fort que je dois marcher à 4 pattes sur quelques mètres. C’est la première fois de ma vie que le vent me fait faire un bond de 3m sans que je puisse contrôler le freinage.

Je retombe finalement sur le chemin principal. Je décide de partir à droite en traversant à pied la rivière pour aller me poster sur la montagne en face du Fitz Roy pour attendre que les nuages partent. Je trouve un énorme abris sous roche. C’est le lieu idéal pour faire une petite sieste et surveiller ma cible. Je vois un début de dégagement et teste mes premiers timelapses. Finalement la pluie arrive et gâche tous mes espoirs. Et ben si c’est ça! Je file à l’azimut vers le mirador du glacier pour faire quelques photos. Le vent est si fort que j’ai du mal à traverser le grand marécage devant moi. Le vent fait décollé l’eau sur les lagunes. Les gouttes d’eau me font mal au visage quand elles me fouettent. C’est sûr, le vent doit être dans les 150km/h! Je jette vite un coup d’oeil au glacier et je rentre vite car il est tard. J’arrive à 19h30 en bas. Alice est rassurée.

Je n’ai encore pas vu le Fitz Roy. (et je commence à perdre mon optimisme)

5ème jour : Petite boucle dans la montagne avec les enfants

Alice part vers 9h30 avec ses copines pour voir le Cerro Torre. Le ciel est bleu ce matin. Il y a un peu de vent mais c’est supportable. Je termine de préparer les bagages, joue un peu avec les enfants dans le parc et une question me turlupine : « Esteban, ça te dit d’aller faire un tour dans la montagne pour faire un pique-nique? »
Réponse : « Oh oui papa c’est la meilleures idées du monde entier!  »

On part tous les 3 vers 11h. Les enfants s’amusent beaucoup car il y a plusieurs voies sur notre chemin et nous prenons chacun la nôtre comme dans un labyrinthe. Ruben est bluffant, il ne veut pas venir dans le sac à dos. Et ça monte vraiment très fort ! Petit pas après petit pas, il monte très vite! On pique-nique sur une grosse pierre en mangeant avec les doigts du steak froid et des pâtes (que du bonheur), Ruben s’endort dans le sac à dos et Esteban profite de la montagne.

En redescendant, on arrive à 2 petites mares et les enfants décident de jouer avec l’eau et la boue. Je pose le sac à dos et là! la! la! Whaou!!!!!! Je me retourne vers la montagne et je vois : le Fitz Roy!
Je crois rêver, je n’en reviens pas! J’ai fait plus de 90km dans la montagne et à seulement 1km du village j’ai ma récompense ! C’est sûr, je ne suis pas au pied de celui-ci ni avec le meilleur angle mais je vais repartir ce soir avec la tête haute.
J’ai gagné: je l’ai vu!

Du côté d’Alice, le Cerro Torre a de nouveau joué son timide et malgré le beau temps, les nuages sont restés scotchés à ce massif. Les filles ont revu encore une fois le Fitz Roy – dégagé – ça commence à devenir une habitude!

El Chalten est vraiment un lieu incroyable pour la rando. Je n’ai fait que les chemins les plus simples à la journée. Il y a encore pleins d’autres circuits à faire avec des guides pour contourner les montagnes et passer sur les gigantesques glaciers qui entourent le Cerro Torre et le Fitz Roy. Il y a aussi une multitude de lacs à une quarantaine de kilomètre au dessus de la ville .Il y a aussi la traversée la plus au Sud de la frontière Chili/Argentine. Elle se fait uniquement à pied sur 2/3 jours par la montagne sur 20km. Je garde la carte car c’est sûr nous allons revenir, sans les enfants, pour explorer encore plus les alentours.
Translate »
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram