Inde

Comment gérer le choc des cultures, en Inde, en famille?

Petit disclaimer: On a passé 1 mois et demi en Inde, on a pas mal bougé mai vu la taille du pays, c‘est évident qu’on est loin de l’avoir parcouru en entier! (Un peu de Kérala, Rajasthan, Agra, Mc Leod, Amritsar et c’est pas si mal!) On ne prétend donc pas avoir tout vu et encore moins tout savoir!

Le but c’est juste de filer quelques pistes aux familles (et pourquoi pas les autres aussi hein, si ça vous dit! On n’est pas sectaires!) pour essayer de mieux appréhender ce pays.

Mais dites vous bien une chose (et je déteste ce genre d’accroche et pourtant… je l’écris!): Vous pourrez lire tous les blogs à ce sujet, lire plein de bouquins, rien ne remplacera ce que vous allez expérimenter sur place et rien ne pourra « complètement » vous y préparer! 😉 

L’Inde c’est un pays qui ne laisse pas indifférent et on ne comprend pas toujours toutes les différences de cette culture si riche et variée. C’est déroutant, perturbant parfois gênant. Si tu aimes les paradoxes et les contradictions, tu vas en prendre plein les sens!

Perso, je pense qu’il n’est pas toujours bon d’essayer de comprendre coûte que coûte ces différences. Ca finit en casse-tête dans notre petite logique Européenne; Alors on peut se « contenter » de vivre l’expérience et de ne pas toujours chercher à mettre un mot dessus.

Et puis il faut se souvenir d’une chose: les différences, c’est enrichissant non? 😉

Une amie (Sophie pour ne pas la citer et histoire qu’elle se reconnaisse) m’as dit un truc à propos de l’Inde, que je commence seulement à comprendre maintenant, après y avoir passé 1mois et demi!

L’Inde, c’est faux de dire que tu vas l’aimer OU la détester. Tu vas autant l’aimer que la détester et c’est ça qu’il faut accepter. Il y’a un mélange de répulsion/attraction très fort en Inde. Tu vas la vomir et l’adorer.

Et comme tu as raison Sophie! (un peu comme toujours finalement! 😉 )

Comment s’y prendre avec des enfants?

Je pense que pour beaucoup de parents, Inde ne rime pas avec destination tranquille pour vacances en famille. Honnêtement, je les comprends. On a l’image du Gange, de la saleté, on pense qu’on va voir de la pauvreté, des enfants mendiants, des lépreux. A ça, on rajoute une chaleur écrasante, une pollution omniprésente.

Mais déjà ce n’est pas si vrai (mais pas si faux! 😉 ) mais surtout, l’Inde ne peut se résumer à ça!!

Alors, je le dis cash, je ne conseille pas Bénarès pour des familles. Mais ça n’engage que moi et je n’y suis pas allée! L’idée de voir des corps brûlés, d’autres jetés dans le fleuve, même certains (beaucoup?) d’adultes sont remués après une telle expérience. Après, comme on dit, chacun fait bien comme il veut hein?!

Voici nos astuces et notre retour d’expérience.

J’aime penser que chaque enfant est différent et que les parents sont a priori particulièrement bien placés pour sentir ce qui peut coincer, faire peur, ou au contraire plaire à ses enfants! ;-)

En Inde, en famille, on prends son temps!

L’Inde n’est pas un pays que l’on peut traverser en courant! Avec des enfants, c’est encore plus vrai. Vous allez le voir, toutes ces émotions, toutes ces couleurs, tous ces gens, ça vous retourne et résultat, ça fatigue!

Qui plus est, il faut être honnête, en Inde, on est tout le temps hyper vigilants avec des enfants dans la circulation! En effet, ça roule de partout, le vélo, le tuk tuk, le bus, le camion…les trottoirs sont inexistants bref c’est un peu le parcours du combattant! :-)
Mais bon, même des enfants comme les nôtres, qui sont très peu habitués à tenir la main, ont globalement été sages et nous n’avons eu aucun souci. Mais en tant que parents, vos journées seront bien remplies et toute cette vigilance, ça fatigue!

Prendre du temps aussi pour les enfants. Car pour eux aussi c’est parfois une épreuve!

Et enfin, prendre du temps par rapport à notre expérience en Inde. Il faut digérer tout ce vécu et bien souvent, notre feeling sur le moment diffère de celui que l’on va avoir – plus nuancé – quelques temps après.

Expliquer les différences aux enfants

Bon je l’ai dit, pas toujours évident de comprendre cette culture si différente et pourtant! C’est quand même bien d’essayer d’expliquer tout ça à nos enfants. Pourquoi il y’a des vaches dans la rue? Pourquoi la dame elle porte un point rouge sur son front? etc…

Protéger nos enfants – si besoin!

Alors je vous rassure, je ne parle pas d’un danger mortel! Juste de gestes d’affection de la part des Indiens qui peuvent être vécus comme des agressions par nos enfants. Surtout si on explique pas tout ça à nos chérubins.

Par exemple, en Inde, on pince la joue des enfants. Une famille nous a confié que leur fils a finit avec un bleu. Alors que côté Indien, c’est une marque d’affection au contraire! Quant ça arrive 10 fois par jour, tous les jours, on peut comprendre que votre enfant en aient marre!

De même, les Indiens sont fascinés par nos enfants blancs (alors les blonds, j’en parle même pas!) et il n’est pas rare qu’ils veulent les prendre en photo. Les premiers temps, c’est assez sympa comme expérience. Mais quand on prend ton enfant par le bras comme un morceau de steak pour bien le placer devant l’objectif ou qu’ils sont 10 autour de vous, ça peut devenir oppressant!

La solution? C’est Tour du Monde à 80 cm qui nous l’a donné! « Chelo chelo! » qui veut grosso modo dire « dégage » et qui sert – en dernier recours – quand les Indiens ont décidé de ne pas te comprendre! 😉

Côté Ruben, il a aussi trouvé une parade pour faire face aux gens qui le prennent constamment dans leur bras (sans demander auparavant, évidemment). Il donne un coup de pied dans la tête! Je ne vais pas l’applaudir mais je le comprends. Pourquoi? Il nous est arrivé de demander à plusieurs reprises à une personne de le redéposer au sol, mais la personne continuait de sourire et ne comprenait pas (pas plus que nous la comprenions d’ailleurs). Alors Ruben s’est défendu si j’ose dire!

Et surtout, surtout, bien expliquer à nos enfants que le but initial était gentil, même si ce n’est pas évident pour eux!

Ne vous méprenez pas les Indiens ne sont absolument pas méchants, et encore moins avec nos enfants. Ils ne leur veulent aucun mal. Mais notre culture diffère de la nôtre et ils peuvent avoir parfois un côté « pot de colle » désagréable à la longue. C’est oppressant pour les adultes comme pour les enfants (j’ai compris ce que vivaient les animaux dans les zoos que l’on prend constamment en photo!)

Ne passez pas pour autant à côté de l’expérience de côtoyer des Indiens (ou sinon, restez chez vous et regardez un reportage sur l’Inde!).

C’est un sujet qui n’est pas évident à aborder je trouve. Car je sais aussi que pour d’autres familles, où les enfants étaient plus grands, les choses ont été vécues très différemment! Déjà, on ne pince pas la joue des plus grands. Les filles ont adoré se faire prendre en photo avec les Indiens, bref, il faut nuancer chaque vécu.

Ne pas sous estimer l’effet d’usure!

Je pense que passer pas mal de temps en Inde, ça fatigue. Tu te lasses de certaines choses qui te fascinaient pourtant au début. En fait, ce n’est pas de la lassitude, c’est de l’usure.  Difficile d’être seul(e)(s) en Inde, difficile d’être au calme. Tu n’as pas tous les jours envie de parler, de répondre aux questions… Et pourtant, dès que tu sors de ta chambre, ça commence! Et c’est ça qui est géniale et déroutant en Inde, ça grouille de partout, ça ne s’arrête jamais.

J’aime bien cette image pour expliquer ce que l’on ressent parfois. Tu prends un petit village français et tu y envois une Indienne en sari se promener. Quelle va être la réaction des gens du coin? Ils vont la dévisager avec étonnement! Et bien maintenant tu inverses les rôles et tu comprends! (Mais l’avantage en Inde, c’est que les gens te dévisagent – avec le sourire!) Nous sommes une curiosité pour eux, et encore plus en voyageant en famille. Mais après tout, ils le sont tout autant pour nous alors on ne peut que comprendre cette réaction. De là à toujours bien la vivre, il y’a un gros pas! 😉
En effet les Indiens sont très nombreux (petit rappel) et donc avoir 10 paires d’yeux constamment sur toi, ça fait tout drôle!

Que faire alors? Adapter le voyage, prendre une voiture avec chauffeur, prendre un hôtel avec piscine. Te faire un break. Pour mieux repartir et profiter de l’Inde et découvrir ses richesses!

En Inde, il faut s’organiser!

Hé oui, ici c’est mieux de s’organiser un peu à l’avance plutôt que de tenter de tout improviser! Surtout avec des enfants!  Plus tu réserves ton train en avance, plus tu évites d’être sur une Waiting List. Et pour les hébergements, nous réservions à l’avance, mais 48h suffisait. Et bonus, tu peux demander qu’on vienne te chercher à la gare!

Comment les enfants l’ont vécu?

Pour Ruben, en dehors de son kick dans la mâchoire d’une personne, tout a roulé nickel pour lui! Il a été souvent pris dans les bras, ça ne lui plaisait pas. Mais une fois à terre, il passait direct à autre chose!

Esteban (5ans) a vu des enfants dans la rue. Il n’a pas forcément fait le lien entre leur présence et l’absence d’adulte. Il a voulu donner de lui-même à manger à une petite fille de son âge. Pour partager. Je ne crois pas qu’il ait vu les choses sous le même angle que nous. Il y’a un certain filtre de ce que tu ne peux pas appréhender à cet âge là.

Il en a eu ras le bol des plats épicés et donc de manger du riz et des oeufs avec des toasts. Il a adoré voir des singes, des temples, des vaches dans la rue. Il n’a pas aimé que les Indiens lui pincent la joue, ni qu’ils le prennent en photo sans sa permission. Alors il se cachait le visage.

A la fin, je pense qu’il profitait moins. Une certaine usure justement. Mais ce sentiment a été rayé par la suite. Un enfant s’adapte souvent bien mieux qu’un adulte. Pour info, Esteban parle très facilement et se confie bien à nous.

Saleté, pauvreté?

Oui l’Inde c’est sale. On ne peut pas mentir! Il n’y a pas de poubelles de recyclages, les gens jettent leurs déchets dans la rue, et il fait chaud alors ça prend des odeurs. Mais franchement, je m’en faisais une montagne avant d’y être et sur place, cela ne m’a pas choqué. En réalité, c’est plutôt la poussière (ou la pollution aérienne pour Delhi?) qui m’a marqué. La terre, la fumée, tout s’envole et te colle à la peau. Mais là encore, rien d’insurmontable et d’ailleurs, ça n’a visiblement pas marqué mes 3 hommes! 😉

Quant à la pauvreté, oui elle se voit aussi. Il y a des mendiants, petits ou grands. Tu ne t’y habitues pas (comment pourrait-on?). En revanche, tu t’habitues à  la relation qui s’installe momentanément entre toi et eux. A cette distance que tu dois prendre. Pour te protéger dans l’instant. Parce que ce n’était pas le but de ce voyage, pas le bon moment. Mais ça te marque, c’est sûr.

Et je fais ma provoc’, mais après tout si tu vas en Inde, c’est aussi pour ça non? Si tu voulais un pays tout safe, tout écolo, tout riche et tout propre, tu fonçais en Europe du Nord et basta!

Personnellement, j’ai été très marquée par un jeune garçon des rues, qui trainait dans la gare d’Agra. Notre dernier train. Bientôt le départ d’Inde. Et mon regard s’est posé sur lui. Comme tous les autres, il te demande de l’argent. Et je n’en donne jamais. (un principe qu’on a établit, mais sur lequel on pourrait lancer mille discussions). Et je lui ai donné de l’argent.  Pourquoi? Car il y avait quelque chose dans ses yeux. Pas de la haine, pas de la détresse. Non. Un vide. Un désenchantement. Si jeune et plus aucune naïveté, plus d’innocence.

Et c’était tellement visible. C’est fou comme tu perçois (ou imagines?) mille choses en un si court instant. J’ai été bombardé d’émotions sur le coup. Et j’ai d’ailleurs bien mieux compris cette expression. Bombardée, oui c’est le terme.

Je me suis sentie vide à mon tour. Mais moi ce n’était que passager (enfin…). Et lui, ce n’est qu’un enfant.

Aller plus loin?

Il n’y a pas un seul visage de l’Inde. C’est un pays multi facettes! Des plages de Goa aux contreforts de l’Himalaya en passant par les Palais des Maharadjas, c’est une explosion de couleurs, de cultures, d’odeurs.

On dit que le Kerala est une destination plus facile, plus « confort » pour un 1er voyage. C’est vrai que les Indiens y parlent très bien Anglais, la nourriture est moins épicée, il y a des plages…

Mais le reste de l’Inde présente aussi tellement de lieux envoûtants. Le Rajasthan est à la fois pauvre et somptueux. les Sikhs sont surprenants…

Nous avons adoré notre voyage en Inde mais vers la fin, on avait besoin de repos c’est vrai. Ce pays nous a profondément marqué et il est à la fois déconcertant et envoûtant. Je conseille à toutes les personnes qui sont tentées par ce pays de foncer. Enfin, non! Faut peut-être se préparer un peu mais aussi laisser la place à la magie qui va opérer là-bas. Ca sera une parenthèse comme nulle autre dans votre vie!

Je ne peux que vous conseiller super vivement de lire cet article de Nowmadz. Voyage en Inde: se lancer ou pas? J’adore comme Lydia écrit, elle sait trouver le mot juste et je crois que pour l’Inde, c’est justement assez nécessaire !

Encore un de ses articles, Bilan de notre voyage en Inde.

Et puis une famille qu’on aime beaucoup, Tour du Monde à 80 cm nous file plein de bons plans pour voyager tranquille en Inde.

Et voici une liste d’articles pour multiplier encore les conseils (et pour vous faire votre propre opnion, y’a plus qu’à y aller!)

 

11 plusieurs commentaires

  1. Oui, c’est exactement ça : on aime ET on déteste… Nous, avec nos quatre enfants, après presque 7 mois en Inde, on n’en pouvait plus… Et puis, quelques semaines plus tard, on ne rêvait que d’y retourner… ! Incredible India…

  2. Super article :)

    Je ne pensais pas qu’ils étaient aussi oppressant avec les enfants, ce qui effectivement peut devenir gênant !
    Il est vrai qu’à 5 ans, on voit les choses différemment et on ne se rend pas bien compte de ce qu’il se passe, et devient du coup plus facile à vivre.

    Lorsque l’on parle à des voyageurs, ils disent régulierement que leur pays préféré est l’Inde, et que le plus détesté… est l’Inde :)

    Je retiens cette phrase : rien ne pourra « complètement » vous y préparer!

  3. Merci pour ton retour Xavier!
    Oppressants c’est pas faux mais après, je ne voudrais pas non plus apeurer les gens, c’est un pays tellement à part, et au sein de ce pays, chaque zone a son identité propre! C’est dure de trouver les bons mots pour le décrire tant nous mêmes notre coeur balance! Je crois qu’en fait, c’est ça qu’on aime!

  4. Bonjour Claire
    Merci pour ton retour. 7 mois en Inde, ouahou! Moi qui me sentais fatiguée au bout d’un mois et demi que j’ai trouvé bien intense! Mai je comprends la sensation d’après… je dis pas que tout semble plus fade après… mais pas loin!

  5. Bonjour Les Petits Voyageurs,

    Tout d’abord merci de nous faire partager votre vécu.
    Cet article est édifiant, il dépasse de loin mon imagination.
    Bon moi je suis trop vieux pour ce type de baroudage, mais
    en revenche j’apprécie beaucuop vos blog :
    – Parenthesenfamille
    – 4 ontheroad
    – tchoupi et choupo
    – et vous les petits voyageurs.
    Au bout du compte je passe des heures à vous lire et je voyage avec vous.
    Il m’arrive derrière mon écran de m’inquiéter pour vous, parce que vous avez
    des petits ennuis de santé qui peuvent remettre en cause le tour du monde,
    ou que vous êtes la cible de pique-pokets.
    « Bonne route ».
    A bientôt. Papylours

  6. Bonjour Alice! Très bel article, et merci pour la mention! Je me suis imaginée voyager avec notre fils en lisant ton récit… je n’y aurais jamais songé avant, et puis je me dis que finalement, c’est faisable. Ce doit être chaud, chaud, mais gérable, d’après ton article… En tous cas, tes enfants en garderont un souvenir certain! Bonne route à vous et à bientôt,
    Lydia

  7. moi, je suis hyper impressionnée parce que c’est une destination que je ne suis pas capable d’envisager tant j’ai peur d’être trop bouleversée pour pouvoir l’apprécier ne serait ce qu’un peu. Et je ne parle même pas des enfants car là aussi ça dépend tellement des caractères… ma fille de 5 ans a les larmes aux yeux quand elle voit des gens dormir dehors à Toulouse, alors dans une telle situation je n’imagine pas l’angoisse …

  8. Merci Papylours! C’est sympa de se dire qu’on vous emmène un peu avec nous! Je ne connais pas Tchoupi et choupo, je vais aller voir leur site!
    Faut pas s’inquiéter pour nous, on est les plus heureux du monde! et j’avoue qu’on a eu que très peu de soucis de santé, et ça c’est le plus important en effet!
    On continue l’aventure alors?
    Merci de nous suivre

  9. Bonjour Lydia
    Merci pour le commentaire (et de rien pour la mention, j’avais beaucoup ton article – et d’autres d’ailleurs mais j’en parlerais plus tard!). Je pense que c’est faisable oui (enfin, oui car la preuve on l’a fait) mais faut bien s’adapter à l’âge et au caractère des loulous…
    Pour le moment, nos enfants ne réalisent pas que leur quotidien est « exatraordinaire » car pour eux.. c’est de l’ordinaire justement! Je suis curieuse de voir comment ils parleront plus tard! 😉
    A bientôt

  10. Merci a @ Mitchka d’avoir partagé votre article sur son Facebook.
    L’Inde m’attire, mais je n’irai jamais, je préfère rêver sur les photos. C’est triste à dire, je sais mais j’ai une collègue qui y est allée 2 fois. Une fois via un tour operator, elle en est revenu complètement sous le charme. Deux seconde séjour en mode voyage « maison », elle était super contente de rentrer et de quitter ce pays tant elle avait été choquée parce qu’elle a vu loin des circuits à touristes.

  11. Salut Chacha!
    C’est vrai ça, merci à Mitchka d’avoir partagé ce post! Pour l’Inde, il faut y aller que si l’on s’en sent prêt je pense. C’est bouleversant, c’est sûr!
    En attendant, on peut voyager à travers les photos, c’est bien aussi! 😉

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Translate »