bilan

Amritsar la capitale des Sikhs

Je vais être claire: cette ville a été un gros coup de coeur pour nous. Que tu crois en Dieu ou non, tu es obligé d’être touché par la ferveur et la sérénité qui se dégage d’un tel lieu.

Un tel lieu, c’est le temple d’or d’Amritsar. Un temple sacré qui accueille des milliers de visiteurs par jour. Récit.

Soyons honnête, la ville d’Amritsar est comme toutes les villes indiennes: poussiéreuse, bruyante et avec une circulation dense. Mais dans cette ville, tout te conduit vers la place principale…. Elle agit comme un aimant. Et quand tu arrives là, 1ère claque. (et prépares toi, y’en aura plusieurs)

C’est silencieux, c’est propre (oui oui, nous sommes toujours en Inde). La place est en marbre, immaculée. Et face à toi: une énorme entrée pour le temple sacré, le temple d’Or des Sikhs.

Ici c’est un peu comme leur Jérusalem. Un lieu sacré chargé d’histoires et de symboles. Il a été en parti détruit par l’armée indienne. En guise de réconciliation, l’état indien le fit reconstruire. Mais les sikhs sont orgueilleux et perfectionniste: ils ont détruit la remise en état pour le faire eux-mêmes, selon leur méthode et leur souhait.

Pour rentrer dans ce temple, il y’a quelques règles à respecter:

  • retirer ses chaussures et bien les déposer à la consigne (il est interdit de les emmener dans son sac à l’intérieur du temple)
  • avoir la tête couverte

Et vous allez voir, les Sikhs sont organisés!

L’organisation des Sikhs

Pour vos chaussures, il suffit de les déposer à la consigne qui est gérée par plusieurs bénévoles. Des bancs sont là pour aider à se déchausser. En échange de nos chaussures, un jeton nous ait remis gratuitement. Malgré la foule présente, tout cela se fait dans le calme, pas de cohue, ni de bousculades. Une rareté en Inde.

Pour vous couvrir la tête, on vous prête un bandana. C’est aussi simple que ça. (et aussi une autre rareté en Inde)

Déjà, toute cette organisation, c’est une autre claque.  Puis tu entres dans le temple après être passé par un pédiluve. En bas des escaliers, les pèlerins s’agenouillent et embrassent le sol. Ce sol en marbre aux multiples variantes.

En silence. Et face à nous, un lac artificiel sacré. Et au milieu de ce lac, le temple d’or. Ce temple est magnétique et je pense que cela tient plus de son emplacement au milieu de l’eau et sa finesse plutôt que les dorures en elles-mêmes. Encore une claque! 

La foule part vers la gauche, on la suit donc naturellement.

Ce qui est frappant ici c’est qu’il y’a des Sikhs, des touristes, des Indiens… tout le monde se mêle.

A chaque angle, un stand, géré par des bénévoles, propose de l’eau pour se rafraichir. On peut se poser sur le côté et assister aux ablutions: les Sikhs s’immergent dans l’eau du lac sacré. Des salles de bain, des salles pour se changer, tout est prévu.

 

Il y a aussi des gardiens du temple. On les reconnait facilement car ils sont en bleu et tiennent une lance.

Les Sikhs ont quelque chose de spéciale: ils sont grands, plus que la majorité des Indiens, ils ont un long foulard entouré autour de la tête, et portent souvent la barbe. Et puis il se dégage d’eux une immense fierté. Perso, je les trouve magnifique et ils en imposent. Une nouvelle claque. (change de joue de temps en temps, ça fait mal sinon! 😉 )

Pendant que Fred se régale et prend des photos, je me pose dans un coin avec les enfants et un Sikh vient me parler spontanément. Il m’explique qu’ils sont tous étudiants et qu’ils ont 10 gouroux et pas de Dieu. Ils sont contre les castes et prônent l’égalité de l’homme et de la femme. On sent sa fierté et du plaisir à parler de leur religion.

Il me parle aussi de la cuisine communautaire. J’en avais entendu parlé mais j’étais un peu gênée.

La cuisine communautaire

Tenez vous bien: ici se prépare jusqu’à 100 000 repas par jour, réalisés bénévolement par des Sikhs. Ces repas sont gratuits et ouverts à tous, sans distinction de races, de religion… (une autre claque, ça te tente?) Cela nécessite une organisation sans faille et là encore les Sikhs nous prouvent qu’ils gèrent!

Pour aller manger, on passe devant la cuisine: il n’y a pas de mots pour décrire ça. Il y règne un mélange de calme et de bruit de casseroles qui s’entrechoquent. Des gens s’affairent en effet à nettoyer les assiettes, les verres et les couverts, en silence. De l’autre côté, des groupes émince de l’ail ou de l’oignon, en quantité industrielle tandis que de gigantesques chaudrons chauffent le repas.

Vous montez l’escalier et des bénévoles vous tendent un plateau, et tout le nécessaire pour manger. On arrive ainsi devant la gigantesque salle à manger. Des nattes au sol indiquent où il faut s’asseoir et rapidement un serveur passe pour donner des naans, un autre pour servir les lentilles, un 3ème pour le curry et enfin, le dessert est aussi servit (un délicieux riz au lait de coco).

Il est possible d’être resservis. Rapidement, les gens se lèvent afin que la salle soit lavée pour que les prochains puissent manger à leur tour.

On redescend par d’autres escaliers et nous donnons nos plateaux pour le lavage.

Voici une vidéo de ce temple, cette cuisine, cette magie!:

Cette organisation nécessite une belle coordination, énormément de bénévoles (et prêts à faire des tâches pas franchement fun). Il n’y a rien de glorieux à laver des assiettes sales, on ne sauve personne, on ne se transforme pas en super héros et, les Sikhs semblent accomplir ces tâches de façon tout à fait normale, presque banalement.

Bref, je ne sais pas si nos mots et nos photos peuvent vous transportez là bas, je l’espère en tout cas, car nous, on en a pris plein les yeux et le coeur. C’est le genre d’expérience que l’on peut qualifier de magique, mystique, ça se vit et ça s’explique difficilement!

Tout ce chemin pour un seul temple?

C’est vrai qu’Amritsar c’est un peu au milieu de nul part mais on vous rassure, il n’y a pas « que » ce sublime temple d’or à visiter. Il y a aussi d’autres temples en ville avec leur bassin d’eau (moins envoutants mais très charmants), il y’a la découverte du Mc Do 100% végétarien (si si, on est en Inde!).

Et puis surtout y’a aussi:

      • le Waga Border: allez voir les Pakistans et les Indiens fermer leur frontière commune, à grands coups de parades militaires et d’orgueil national. Le tout dans des tribunes, comme dans un vrai spectacle. C’est un show en fait, mais avec tout le sérieux des militaires et toute l’histoire de ces 2 pays. Notre vidéo pour se rendre compte par ici.
      • et c’est aussi un temple super kitsch que l’on a visité grâce aux recommandations de nos amis Tour-du-monde-à-80-cm. C’est joyeux, c’est coloré (très coloré), c’est bizarroïde et c’est très drôle. Une petite visite accélérée? C’est par là!

         

Pour aller plus loin

 

 

 

2 plusieurs commentaires

  1. Super !!! Nous aussi, on avait adoré Amritsar, cette ambiance incroyable, colorée, accueillante surtout… Ça nous avait fait penser à l’Iran, où les Iraniens saluent les étrangers d’un « Welcome to Iran » à tous les coins de rues… Bonnes routes !

  2. ce genre d’accueil chaleureux nous l’avons surtout vécu en Colombie! C’est tellement génial de sentir que nous ne sommes pas un porte monnaie sur pattes mais un être avec qui partager!
    Amritsar a vraiment été pour nous une destination magique!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Translate »