J’avais passé de longues heures à rechercher le matériel idéal à emmener avec nous pour ce voyage. J’avais écouté les conseils de mes copains professionnels de la photo et la vidéo (Loïc, Stevens…).  J’avais un peu bataillé avec Alice pour débloquer le budget pour acheter le top du top et surtout lui expliquer pourquoi il faut autant de matos et si cher. J’avais aussi réussi à revendre mon ancien appareil Nikon D80 et mon Canon G12.

J’avais enfin ce que je voulais :

[checklist]

      • Un boitier  – Canon 7D mark II : Le top du top avec son AF en vidéo et ses 65 collimateurs
      • Un objectif à focale fixe – Canon EF 35 mm f/2.0 IS USM : Mon objectif pour la vidéo
      • Un téléobjectif – Canon EF 70-200mm f/4L IS USM : Mon objectif pour les plans de loin et les animaux
      • Un steadycam – X-Steady de Xsories : Une grosse promo à la Fnac m’a fait sauter le pas
      • Un gorillapod  – JOBY et sa rotule BH1 : J’avais le pied mais avec la rotule ça change tout!
      • Une pico flex dolly : pour faire des jolies plans vidéo en mouvement
      • Un micro – Rode Video Mic Pro : Si tu veux faire des interviews, c’est indispensable dixit Loïc
      • Un Nikon Coolpix S32 pour Esteban : Le cadeau de Noël de Mamy Cathy
      • Une GoPro HERO4 Silver : Ca te sauvera dixit Stevens, il avait raison…

[/checklist]

Mais ce que je n’avais pas prévu c’est que mon nouveau boitier tombe en panne après 1 mois de voyage… Aie Aie Aie !

Nous sommes le 7 février et c’est notre 2ème journée à vélos sur la route des 7 lacs. Je prends mon appareil photo et là… rien. Il ne s’allume pas! Je me retourne vers Alice et lui dit « Ah c’est pas cool, je n’ai plus de batterie sur mon appareil photo, pourtant je l’avais chargé à bloc avant de partir ».

Heureusement que nous avons le petit Nikon d’Esteban pour réaliser quelques photos de cette belle aventure. De retour à l’hôtel, 4 jours après, je charge la batterie et …. Rien! Je commence à paniquer! Je me dis que c’est rien, que c’est la batterie qui ne marche plus. Je cherche dans la rue un touriste avec le même modèle pour essayer sa batterie mais les argentins ont tous Bridge Canon. Après quelques jours de tentatives, je trouve un touriste avec un 7D et le verdict tombe… C’est mon boitier qui ne fonctionne plus.

Dans la foulée, je perds le petit Nikon d’Esteban dans le bus… C’est la totale!!!

Merci les copains pour votre soutien…

Je contacte mon copain Loïc Bisoli qui s’occupe très gentillement (merci mon Loïc) de contacter Canon Pro en France. Malheureusement ma garantie n’est valable qu’en Europe pour un échange de matériel. C’est pas cool! Je vais devoir attendre car c’est trop risqué et trop cher de l’expédier par DHL.

Nous recevons plusieurs fois des félicitations pour les jolies photos sur le blog. Je fais ce que je peux avec le Nikon et visiblement ça marche… Mais pour moi c’est dur, car je ne peux pas faire tout ce que je veux ! Pour preuve, ce Huemul (cerf sud andin en voie d’extinction) très difficile à observer… Impossible d’avoir un bon cliché !

DSCN2010

Acheter un nouvel appareil au Chili

Je regarde en Argentine pour acheter un nouveau boitier mais les tarifs sont 3X plus cher qu’en France et les appareils sont très basiques. J’hésite entre acheter un petit appareil pas cher, acheter une entrée de gamme Canon « Rebel » distribuée uniquement en Amérique et vraiment pas terrible où partir sur le 70D que je pourrai revendre une fois rentré en France… C’est vite vu, j’opte pour le 70D.

Je vais devoir aller au Chili le chercher car on ne peux pas le faire livrer en Argentine. On ne peut pas le commander sur le site Canon Chili car il faut une carte chilienne pour payer. Je trouve un revendeur à Coyhaique mais il faut le payer à l’avance et il nous est impossible de faire un virement car nous n’obtiendront jamais le BIC, indispensable à un transfert international. On passera dans quelques semaines à la boutique de Coyhaique en espérant qu’ils aient un 70D.

L’attente est longue, je déprime un peu beaucoup en voyant pleins de paysages et de personnes que je ne peux immortaliser. C’est horrible car je ne peux pas m’empêcher de regarder les autres brandissants leurs appareils sous mon nez. On rigole avec Alice en croisant dans la forêt une nana avec un Canon : « Vas-y, il y a personne, sors le couteau, on lui fait la peau !!! » Le pire c’est quand tu regardes un point de vue (sans prendre de photo) et qu’un couple te demande de les prendre en photo en te tendant l’appareil. Heu!! je fais quoi là! Je m’enfuis en courant ou pas???

En attendant, il me reste la Gopro mais c’est quand même pas le top pour faire des portraits ou des paysages. Mais c’est toujours mieux que rien. Merci Stevens !

Je me soigne mais c’est dur…

A Esquel, je raconte mon histoire à un Néo-Zealandais et il me dit : « Ben moi j’ai plus d’appareil parce qu’en me promenant dans le Caminito à Buenos Aires je me suis fait braquer mon sac par un type avec un couteau… » Ah ça calme ! C’est le déclic pour moi… J’ai toujours mon appareil et ma famille et en bonne santé. Je change de tête et je reprends le voyage avec le sourire. Ca va beaucoup mieux!

Enfin un appareil de rechange, le petit Nikon d’Elouan…

On a la chance de rencontrer une famille française (Daniel, Camille et Elouan). On passe la journée avec eux au Parc National Los Alerces à côté d’Esquel. Daniel est un passionné de photo, il possède une collection d’une quarantaine d’appareils chez lui. Pour le voyage, il a amené un reflex argentique pour le N&B et un reflex Nikon. Camille a un bridge et Elouan un petit Nikon Coolpix S2600 qu’il aimerait bien changé pour son anniversaire car il ne fait pas bien les photos en macro. Il  nous propose de leur acheter l’appareil  en attendant de trouver mieux. Marché conclu… J’accepte! Merci encore à vous car vous nous avez rendu un énorme service!

A 2 doigts de mon Canon à Coyhaique

Dès notre arrivée à Coyhaique au Chili , on se dirige vers la boutique Canon mais ils n’ont pas d’appareil en stock et il faut au moins 5 jours pour faire venir l’appareil de Santiago. Impossible de rester, il ne nous reste pas assez de temps pour rallier le sud de la Patagonie, visiter et prendre notre avion le 14 mars. C’est décidé, on continue avec le petit Nikon et on verra pour l’achat en arrivant à Santiago. La Patagonie est un de nos rêves, nous ne sommes pas prêts à le « bâcler ».

DSCN1984

Je suis guéri

Le hasard fait qu’Alice rencontre 2 photographes en faisant l’ascension pour le Fitz Roy et que l’on passe 6 jours ensemble. Lilly a un Nikon et Hélène un Canon 7D avec un énorme 100/400mm pour assouvir sa passion pour la photo animalière. Elles font des photos magnifiques. Je ne m’intéresse pas trop à leurs appareils photo de peur d’avoir une boule au ventre.

Le dernier jour, on visite ensemble le glacier Perito Moreno et je me surprends à rigoler en sortant mon petit truc rouge (le coolpix…). Enfin, je suis guéri !

Le dénouement

En arrivant à Santiago, on se renseigne pour trouver des magasins Canon, on nous conseille un grand mall. On prend le métro tout excités, on nous dit d’aller aux sous-sol, je laisse Alice avec les enfants dans un espace jeu et je pars seul. La tension monte plus je me rapproche du but. Je dois finalement monter au 3ème pour trouver un magasin qui vend plein de choses, dont des appareils photos. J’ai peur de ne trouver que du « basique ».

Ils ont le 70D: youpie! …. Seul hic, il a augmenté depuis dimanche, le genre d’augmentation qui agrandit beaucoup le trou que tu étais prêt à faire dans ton porte monnaie. Je ne suis pas prêt à payer si cher…

La vendeuse me montre alors un Canon 70D révisé et en promotion car la boite a été ouverte dans le transport et il manque le chargeur (pas de souci pour moi, le chargeur du 7D est compatible) Bingo ! C’est dans mes prix et en plus il est livré avec un objectif 18/135mm… au top!
Je verse une petite larme de bonheur. J’ai un nouvel appareil photo et je vais pouvoir reprendre mon activité et mettre de très jolies photos sur le blog.

20150319_092932 Resized

Presque 1 mois et demi sans un vrai appareil photo, c’est vraiment difficile. Surtout lorsqu’on est en Patagonie… Mais cette expérience m’a fait du bien car j’ai vraiment profité plus de ma famille. La photographie prend beaucoup de temps en voyage. Il faut trouver les bons spots, les bonnes heures d’exposition, le bon cadrage, faire les réglages… Il faut en plus transférer les photos dans l’ordi puis faire le tri et enfin les redimensionner avant de les envoyer sur le blog. Maintenant je sais que les belles photos de voyage ont un prix et je félicite les voyageurs qui prennent ce temps pour les réaliser. Pour moi ce ne sera plus une priorité, ma famille d’abord ! Je ferais mon possible !
Translate »
Follow by Email
Facebook
Facebook
YouTube
YouTube
Instagram